Le travail dans certains chantiers est ponctué par des réalisations en hauteur. Cela est quelques fois rendu possible grâce à l’échelle qui permet l’accès aux endroits élevés. Mais on s’est vite rendu compte qu’à partir d’une hauteur donnée, non seulement l’échelle devenait inutile, mais elle augmentait le risque d’accident. D’où le recours à la nacelle élévatrice. C’est un engin motorisé utilisé pour exécuter des tâches en hauteur. Il en existe plusieurs types et le choix d’une nacelle élévatrice nécessite l’établissement au préalable de certains critères, comme nous allons le voir dans cet article.

Les types de nacelles élévatrices

Les nacelles élévatrices sont à découvrir sur ce site. On y voit la nacelle sur mât ou mât vertical toucan. Elle est adaptée pour évoluer dans un environnement étroit et peut accueillir plusieurs personnes sur sa plateforme. Il y a aussi la nacelle araignée. Bien qu’encombrante, elle offre une grande stabilité. La nacelle articulée en revanche, certes très prisée pour son côté pratique, ne supporte pas de très lourdes charges contrairement à la plateforme ciseau. Ces nacelles fixes sont accompagnées par la nacelle sur camion ou sur porteur qui est mobile, favorisant ainsi des interventions même sur la voie publique. Enfin, on relève la présence du chariot télescopique qui ne sert qu’à lever des charges. Suivant donc les possibilités qu’elle offre, une nacelle élévatrice est choisie sur la base d’un certain nombre de critères.

Les critères de sélection

Le large choix qu’offre la nacelle élévatrice est certainement ce qui a permis de créer son succès. Il devrait néanmoins se faire sur la base des critères tels que la stabilité et la polyvalence. C’est de sa stabilité que provient la sécurité qu’elle garantit. Sa polyvalence, quant à elle, permet d’évoluer sur plusieurs types d’environnements. Bien choisir sa nacelle, c’est aussi déterminer la hauteur du chantier et le nombre de personnes nécessaires pour son exécution. Enfin, il faut définir le poids de la charge à porter.